ON NE DIT PAS « JE » !

Cover-On-ne-dit-pas

Laure Mi Hyun Croset

On ne dit pas « je »
Récit
Collection fictio
2014

ISBN 978-2-940516-10-0

96 pages
130 x 184 mm

20.00 CHF | 15.90 €

 

On ne dit pas «je» !, le troisième opus de Laure Mi Hyun Croset, relate l’histoire véridique de Lionel Stéphane Dulex, le fondateur d’un label suisse de musique électronique. Avant de travailler dans le domaine de la culture, ce quadragénaire créatif a connu une longue période de déambulation dans le monde de la toxicomanie. C’est à partir du bilan rédigé lors de sa dernière cure de désintoxication que l’auteure a écrit cette biographie, sous la forme de brefs fragments, articulée en trois parties : enfance, adolescence et errance. Point de jugement, point de pathos dans ce portrait au scalpel d’un enfant des années 70. Le défi littéraire que s’est lancé Laure Mi Hyun Croset, à savoir de trouver la juste distance, les mots adéquats, à la fois puissants et pudiques, pour décrire une réalité incandescente, a été relevé avec brio. On parcourt d’une traite ce récit haletant pour finalement arriver à bon port et en sortir avec l’impression que le personnage dont on a partagé pendant un instant le sort n’est somme toute pas si éloigné de nous.
Littlehouse records, le label de musique électronique de Lionel Stéphane Dulex, a produit un album de 13 titres, sorte de bande originale du récit, créé à partir de la discographie du protagoniste et d’extraits du manuscrit. Il peut être écouté au moyen d’un QR code donné à la fin du livre: www.littlehouse.ch/onneditpasje

Laure Mi Hyun Croset est une écrivaine née en 1973 à Séoul, puis adoptée par une famille suisse. Elle a étudié la littérature française et l’histoire de l’art à l’Université de Genève. Son recueil de nouvelles, Les Velléitaires (Luce Wilquin 2010), relate des tranches de vie de personnages qui abandonnent rêves et projets au lieu de les réaliser. Polaroïds (Luce Wilquin 2011), son autofiction sous la forme d’instantanés, narre l’histoire de ses hontes comme autant de petits moments de solitude dans lesquels on se reconnaît aisément. Pour cet ouvrage, elle a reçu le prix Eve de l’Académie Romande 2012.

Médias

 

Entretien de Amandine G sur Littérature Romande, 26 janvier 2015.

En librairie, VSD, 8 janvier 2015.

Critique de Amandine G. sur Littérature Romande, 10 octobre 2014.

Interview (en italien), Sicilia e donne, 28 septembre 2014.

Laure Mi Hyun Croset star montante, Nouvelles, 4 septembre 2014.

Récit de vie, Femina, 27 juillet 2014.

Bande son d’une dérive, Le Courrier, 19 juillet 2014.

Trois femmes heureuses, Journal de Saône-et-Loire, 30 juin 2014.

Récit, 24 Heures, 21 juin 2014.

Laure Mi Hyun Croset plongée dans le réel, Elle Suisse, 20 juin 2014.

Critique de Rosine Schautz, Scène 263, juin 2014.

Un troisième opus haletant (version française) et A third breath-taking opus (version anglais), Sur la Terre, Eté 2014.

Tout le monde parle de… Laure Mi Hyun Croset, de Laurent Favre, L’Illustré, 14 mai 2014.

Récit, La Tribune de Genève, 4 mai 2014.

Punktuation, Go Out!, mai 2014.

Laure Mi Hyun Croset Il destino e la bambina, Glamour Italy, avril 2014.

Critique de Francis Richard sur lesObservateurs.ch, 27 mars 2014.

On ne dit pas « je »! Un récit biographique et sa bande son, Article 60, 25 mars 2014.

Interview par Francis Guthleben, 24 mars 2014.

Critique de Francis Richard sur son blog, 24 mars 2014.

J’ai la fibre, interview par Francis Guthleben, 14 mars 2014.

Post navigation